Accueil  >Interviews  > Isabelle

Isabelle

 
Date de publication : 11 décembre 2006 par Blitz
JPG - 111.8 ko
Pseudo :Isabelle
Année de naissance :1986
Ville de résidence :Rennes (Bretagne)
Site perso :Inexistant, mais je ne manquerai pas de le communiquer quand/si il existera.

_ Quand avez-vous commencé le Cosplay ?

En septembre 2005, à l’occasion du week-end G.A.M.E./Harajuku.

_ Pourquoi avez-vous commencé le Cosplay ?

Des connaissances qui partaient à une convention m’ont proposé de me joindre à eux (la future Ultimate Happy Kawaii Dream Team), j’ai cherché un modèle qui m’irait bien et je me suis dépêchée de le faire. C’était un costume de visual kei (Machi de Lareine). Contre toute attente il eut beaucoup de succès. Puis, les circonstances aidant, j’ai décidé de continuer et j’ai participé à d’autres conventions avec les mêmes personnes. Et quand la Ultimate Happy Kawaii Dream Team et Breizh Cosplay ont été fondés je m’y suis intégrée.

_ Combien de Cosplays avez-vous à votre actif ?

A ce jour (novembre 2006), quatre pour d’autres personnes, dix pour moi. D’autres sont en préparation, et je porte souvent des tenues personelles dans les conventions entre deux cosplays.

_ Quelles conventions fréquentez-vous ?

Selon les circonstances, je ferai trois week-ends d’affilée, ou bien je m’arrêterai pendant plusieurs mois. Je vais principalement aux conventions et évènements ayant lieu en Bretagne, en Normandie, sur Paris. J’ai fait une fois Anim’Est à Nancy, j’y retournerai peut-être mais c’est un voyage assez long et prenant. Je suis également allée à London Expo et je pense y retourner dans quelques mois.

_ Comment choisissez-vous vos cosplays ? Avez-vous un genre de personnage favori ?

Pour les groupes, je choisis ce à quoi j’estime le plus ressembler parmi les personnages. D’ailleurs ce n’est pas toujours une ressemblance purement physique : je me suis déjà retrouvée dans le rôle d’un golem de pierre, et j’ai incarné trois fois une professeure. J’ai de manière générale plutôt des rôles "sérieux" voire "méchants". Je souhaite faire un de ces jours un groupe Sakura Taisen en incarnant soit Maria Tachibana (équipe japonaise), soit Lobelia Carlini (équipe française).

Pour les individuels c’est assez différent, au début je cherchais de très beaux costumes, puis je me suis orientée sur quelque-chose de plus personnel. J’aime beaucoup les belles héroïnes en tenues moulantes avec les cheveux teints et des coiffures compliquées. J’aime assez les personnages très colorés mais pas déstructurés. Enfin un autre style que j’affectionne est un peu plus heroic-fantasy, avec du cuir, du métal, des tons verts ou marron. Mais ce n’est pas exhaustif. Mes cosplays issus de la japanimation en général sont minoritaires.

Actuellement, en cosplay individuel je suis loin d’avoir fait la moitié de mes projets. Il y a de nombreuses tenues de personnages de diverses origines que je veux réaliser et porter depuis des années. Je le ferai, j’espère, pour la plupart, même si je suis un jour amenée à arrêter les conventions et le cosplay "officiel", parce-que ce sont des choses qui me tiennent beaucoup à coeur. J’ai des embryons de projets plus ou moins à long terme mais je préfère ne pas encore en parler.

Ah, et s’il est permis de rêver ; si j’en avais la corpulence, je pense que je ferai un Pr. Snape de Harry Potter, et un Predator.

_ Combien de temps en moyenne passez-vous sur un cosplay ?

Ah, donner une moyenne ne serait pas très explicite... Je peux m’acharner de manière incompréhensible des semaines sur un costume somme toute ridiculement simple ou bien en réaliser un extrèmement complexe en quelques jours. Cela dépend sans doute des circonstances, de moi, de mes motivations. La palme de la longueur revient tout de même à Amila de Magna Carta Crimson Stigmata, avec quatre mois et deux versions (et je pense que je le retravaillerai encore pour l’améliorer). Quant à la plus rapide réalisation de costume, Pr. Yukari (45 secondes) et ma Morning Musume (une heure) ne comptent pas on va dire, ce sera Murasaki de Pop ’n Music avec deux journées (juste avant le départ pour la convention).

_ Vos boutiques favorites pour les fournitures de Cosplay ?

Je suis très bricoleuse, c’est d’ailleurs parfois d’une pertinence douteuse... Et une tringle à rideau peut rapidemment se transformer en médaillon doré, un pan de bibliothèque en éventail à fourrure, un garde boue, un tiroir et un manche à balai en cornes emplumées, un abat-jour et un oreiller en tête de golem... Je ne néglige pas pour autant le cosplay tissu pour lequel je me rends dans des magasins plus traditionnels (Toto, Myrtilles, Mondial Tissus... cf la réponse de Rinny à ce sujet, mais aussi des magasins d’ameublement). J’avais envie depuis longtemps de me familiariser avec le travail du bois, j’ai pu le faire avec Perfume, j’espère continer sur d’autres costumes. Je voudrais également apprendre à manier le latex. Mais un éternel problème est le stockage des costumes, c’est une des choses qui me restreint beaucoup. (mes neuf ailes d’Amila pendouillent sur un porte manteau depuis Japan Expo... il va falloir que j’y remédie)

_ Ce que vous préfèrez dans le cosplay ?

Pendant la préparation du costume, j’adore tout ce qui est bricolage et travail minutieux. De manière générale, j’aime la plupart du travail de réalisation (surtout quand le résultat est convainquant...). Lorsque je fais un groupe, j’aime beaucoup la mise au point de la prestation. Lorsque l’on se retrouve tous et que l’on donne des idées en vrac, que l’on trie le tout, puis que l’on écrit le scénario détaillé. Quand on enregistre les voix. Puis quand on répète tous ensemble et que l’on prend peu à peu ses marques avec les accessoires et la bande son, que l’on se définit un jeu de scène par rapport à son personnage et aux autres...

Dans la convention, ah, rien à faire, j’adore passer sur scène et jouer mon rôle dans une prestation groupe. Et puis j’aime beaucoup poser pour des photos avec mon costume (mais alors vraiment beaucoup) !

Ce que j’aime le moins est le manque de temps et le stress qui peuvent parfois découler de la préparation d’un cosplay. Les inconvénients de participer à un cosplay dans une convention sont que justement il reste parfois très peu de temps pour profiter de la convention elle-même, sans parler du fait que l’on ne peut pas assister aux prestations des autres.

_ Que pensez-vous des concours ?

Heureusement je n’ai encore jamais connu de problème sur ce point là. C’est triste à dire mais il y a des collaborations que je refuserais à cause de ça. Le classement ne m’importe pas beaucoup, quant aux lots ça dépend des fois.

_ Que pensez-vous de la façon dont le cosplays est perçu par les non-cosplayeurs ?

Et bien je pense que refuser le cosplay c’est fuir la réalité, et s’enfermer dans un monde illusoire où l’on ne grandit jamais. C’est une régression vers l’enfance, quand l’on ne veut pas accepter un monde extérieur au nôtre. Un truc comme ça, non ? Je ne sais pas trop, parce-que je ne suis pas spécialement confrontée au problème dans mon entourage. A part les cosplayers que je fréquente, peu de gens sont au courant que je pratique, et ceux-là n’en trouvent pas ombrage. Quant à moi, j’ai connu le cosplay assez tôt, à 13 ans, par l’intermédiaire du jeu vidéo. Je trouvais cela très intéressant autant au niveau de la réalisation du costume que de l’incarnation du personnage. Mais je pensais à l’époque que le cosplay n’existait qu’au Japon et aux Etats-Unis, et seulement pour les jeux vidéos, les films et les comics. D’ailleurs je ne connaissais même pas l’existence des manga et de la japanimation, je ne regardais pas de dessins animés quand j’étais petite et je n’en avais quasiment jamais entendu parler de ma vie. C’est quand j’ai commencé à apprendre le japonais au lycée que l’on m’a parlé des manga. J’ai découvert de fil en aiguille la japanimation et les conventions, et j’ai appris que l’on pratiquait le cosplay en France. Dès que je l’ai su, j’ai décidé d’en faire. Mais il aura fallu attendre plusieurs années pour que j’ai l’occasion de commencer. Comme je viens de l’expliquer j’ai eu une approche peu habituelle du cosplay, et je n’ai donc jamais été confrontée personnellement à la stigmatisation de la japanimation. C’est en fréquentant les cosplayers que j’en ai entendu parler. Je pense que dans ce milieu, il y a un peu de tout, de l’otaku pathologique aux personnes qui se sont juste trouvé un passe-temps qui leur correspond et qu’ils aiment. De l’expérience que j’en ai, le cosplay est un monde très social où les discussions sont loin de ne porter que sur les manga. La plupart des cosplayers sont des gens comme on peut en rencontrer aussi hors des conventions. La façon parfois parodique et un humiliante dont est perçu le cosplay par des journalistes, des analystes et des personnes extérieures ne me semble donc pas vraiment pertinente. Et de manière générale, pour moi le cosplay est une pratique assez mal reconnue par rapport aux efforts fournis par les cosplayers.

Photos


 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Commentaires

Il n'y a pas commentaires à cet article.

 
Laisser un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)